Papa si mal

Aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous un texte pas si connu – de Grand Corps Malade – que j’adore ! A tous les friands de calembours et de jeux de mots : ce texte est un vrai régal.

Depuis la nuit des temps l’histoire des pères et des mères prospèrent
Sans sommaire et sans faire d’impairs, j’énumère pêle-mêle, Pères Mères
Il y a des pères détestables et des mères héroïques
Il a des pères exemplaires et des merdiques
Il y a les mères un peu père et les pères-maman
Il y a les pères intérimaires et les permanents
Il y a les pères imaginaires et les pères-fiction
Et puis les pères qui coopèrent à la perfection
Il y a les pères sévères et les mercenaires
Les mères qui interdisent et les permissions
Y’a des pères nuls et des mères extra, or dix mères ne valent pas un père
Même si dix pères sans mère sont du-per c’est clair
Y’a des pères et des beaux-pères comme des compères qui coopèrent
Oubliant les commères et les langues de vipère
Il y a les « reum-mères » qui cherchent des repères
Refusant les pépères amorphes
Mais les pauvres se récupèrent les experts du divorce
Il y a les pères outre-mer qui foutent les glandes à ma mère
Les pères primaires, les perfides, les personnels qu’ont le mal de mer
Ceux qui laissent les mères vexent et les perplexes
Moi mon père et ma mère sont carrément hors-pair
Et au milieu de ce récit
Je prends quelques secondes je tempère
Pour dire à  ma mère et à mon père merci

Il y a une mère candide et un père aimable
Il y a une mère rigide et imperméable
Il y a des pères absents et des mères usées
Il y a des mères présentes et des perfusés
Il y a des mères choyées et des mères aimées
Il y a des pères fuyants et des périmés
Il y a la mère interessée et la mère vile
L’argent du père en péril face à la mercantile
Il y a les pensions alimentaires, les « pères crédits »
Des pères du weekend et des mercredis
Y’a des pères hyper-forts et des mères qui positivent
Ou les coups de blues qui perforent les mères sans perspectives
Mais s’il est persécuté, le père sait quitter
Et si la mère pleure c’est l’enfant qui perd
Mais si la mère tue l’amertume la magie s’eveille
Et au final qu’elle soit jeune ou vieille la mère veille
Moi mon père et ma mère sont carrément hors-pairs
Et au milieu de ce récit
Je prends quelques secondes je tempère
Pour dire à ma mère et à mon père merci

Il y a les mères qui désespèrent à cause des amourettes
Perpétuellement à la recherche d’un homme à perpette
Il y a la mère célibataire persuadée de n’être personne
Et qui attend dans ses chimères que derrière la porte un père sonne
Il y a les mères soumises et les pères pulsions
Il y a les mères battues et les percussions
Il y a les mères en galère à cause des pervers, des perturbés
Alors il y a la mère qui s’casse si elle est perspicace
En revanche, si le père et la mère s’accoquine et vont se faire mettre si je peux me permettre
La tension est à dix mille ampères
Car quand le père est en mère et que la mère obtempère
C’est la hausse du mercure car le père percute et la mère permute
Le père tend sa perche et la mère se rit de cette performance, de ce perforant impertinent
Telles sont les péripéties du père dur face à l’effet mère
Moi mon père et ma mère sont carrément hors-pairs
Et à la fin de ce récit
Je prends quelques secondes je tempère
Pour dire à ma mère et à mon père merci

    Vodpod videos no longer available.

Publicités

À propos de Ameriquebecoise

De la vie au théâtre et du théâtre dans ma vie. Voir tous les articles par Ameriquebecoise

One response to “Papa si mal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :