Capillaire

Le texte que vous êtes actuellement en train de lire, là, maintenant, tout de suite, dans l’immédiat, au moment où vos yeux lisent « au moment où vos yeux lisent » et que… Bref. Ce texte devrait réjouir les plus âgés et leur donner un coup de jeune (oui je vois vos visages intrigués). Hum hum (je m’éclaircis la plume)… c’est bon, je suis prête.

Alors… voilà. On entend souvent l’expression : « J’ai 16 ans et toutes mes dents ». Une sorte de blague relou, pas très drôle, qui se veut légère mais qui est à peu près aussi digeste qu’une intervention de Nadine Morano. Cependant, je suis certaine que vous ne connaissiez pas avant aujourd’hui l’expression : « J’ai 16 ans et tous mes cheveux blancs ». C’est là que nous entrons dans le vif du sujet. Suivez-moi, c’est juste en-dessous ↓

J’ai un problème (je sens bien que je t’aimeuh ♫). Depuis un certain temps, ma masse capillaire brune vire au blanc. En effet, je suis atteinte d’un phénomène naturel de décoloration des cheveux, hérité de mes parents et particulièrement de ma mère (je sais, c’est moche de dénoncer). Je ne vous parle pas là d’un petit cheveu blanc solitaire tellement bien caché que je suis la seule à voir, non ! Je vous parle là de cette phrase que j’entends au moins 9 jours par semaine : « Ho mais… mais Mélina ! T’as des cheveux blancs !? ». Je vous parle là de fils de crâne couleur sel retirés par dizaines. Ma précocité intellectuelle est telle qu’elle déteint sur ma chevelure. Et alors là, attention, nous atteignons le point culminant, le paroxysme de ce billet de blog : j’ai 16 ans et tous mes cheveux blancs.

Les gens ont du mal à me croire quand je leur explique que ma mère a eu ses premiers cheveux blancs à l’âge de 7 ans, et qu’il y a un facteur héréditaire dans le fait que mon brun pâlisse. J’ai tendance à répondre ironiquement que c’est ma sagesse qui me donne un tel teint capillaire. Si j’écris ce texte, c’est avant tout pour tenter de décomplexer. Ça fait tout drôle de me dire que je suis probablement plus grise que la plupart de mes lecteurs (c’est à ce moment-là du billet que normalement les plus âgés sont censés être pris d’un réjouissant coup de jeune). Je me suis dit qu’en pesant le pour et le contre, je pourrais même réussir à être FIÈRE de mes cheveux blancs. Inconvénients (il faut toujours terminer par le positif, pour avoir bonne conscience) : esthétiquement cela casse l’harmonie et la fougue du brun, ça me donne un côté austère, et… et… c’est tout. Finalement, la liste des avantages se pourrait presque écrasante : au cinéma comme au théâtre je vais pouvoir jouer des rôles de femmes plus âgées, ou bien encore tourner sans complexe dans des films en noir et blanc, je vais pouvoir me taper des hommes mûrs, entrer plus facilement dans les soirées, des jeunes auront pitié de moi et me porteront mes sacs de course, pour trouver un poste on me fera confiance car j’aurais l’air d’avoir de la bouteille…

Le plus agréable dans tout ça c’est que, malgré mes cheveux blancs, hé bien… à 16 ans, j’ai encore toutes mes dents !

Publicités

À propos de Ameriquebecoise

De la vie au théâtre et du théâtre dans ma vie. Voir tous les articles par Ameriquebecoise

One response to “Capillaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :