Atelier d'écriture

Aylan

Seul, couché sur la plage

Les yeux dans le sable

Où rien n’osait bouger

.

Loin de Kobané

Même les marins blindés

N’osaient ramasser son cadavre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s